Nina Hagen


En France, on connaît peu de chanteuse allemande, à part Marlene Dietrich. Pourtant, même ceux qui n’ont pas pris allemand première langue, ni même deuxième langue, connaissent et chantent Nina Hagen. Avec son tube mythique, « Du Hast Den Farbfilm Vergessen », la chanteuse prouve que l’accent allemand peut être musical, chantant. Nina Hagen voit le jour à Berlin, le 11 mars 1955. Avec un père scénariste et une mère actrice, la petite a sûrement des gènes artistiques. Alors qu’elle a deux ans, ses parents divorcent. Avec son beau-père, poète et chanteur, Nina n’est pas dépaysée. A 16 ans, Nina quitte l’école. En 1972, elle veut suivre les traces de sa mère. Son examen d’entrée raté, elle ne reste pas à la porte de son école d’acteurs, mais part en Pologne. Là-bas, ses gènes artistiques se révèlent : elle chante Janis Joplin et Tina Turner dans un groupe. De retour à Berlin-Est, elle continue dans la voie du chant. Après des tournées, Nina forme son premier groupe. Avec Automobil, elle chante son tube le plus mythique. Quelques mois plus tard, elle en monte un autre groupe : Fritzens Dampferband. En 1976, Wolf Biermann, le beau-père, chanteur dissident, est déchu de sa nationalité. Devenue indésirable à Berlin-Est, la famille s’installe de l’autre côté du mur. Un an plus tard, Nina part à Londres et rejoint la scène punk. Quand elle revient à Berlin, elle monte un nouveau groupe et enregistre « Nina Hagen Band », son premier album. Sa voix trouve tout de suite un public. En 1979, Nina Hagen sort son deuxième album. Dans « Unbehagen », elle interprète « African Reggae ». La chanson en anglais devient un tube. Nina Hagen, à force de se séparer de ses formations, se lance en solo. Ses débuts en solo sont marqués par la sortie de « NunSexMonkRock », par son installation aux Etats-Unis, par sa conversion au bouddhisme et par la naissance de sa fille, Cosma Shiva. En 1983, elle enregistre « Angstlos ». Ses apparitions en public pourraient servir la promotion de ses albums, mais Nina Hagen préfère parler de politique, du droit des animaux, de Dieu ou des extraterrestres. Elle poursuit tout de même sa carrière : elle sort « Nina Hagen in Ekstase » et part en tournée. Nina Hagen, installée à Paris avec Cosma Shiva, donne naissance à un fils, Otis, en 1990. En 1991, elle reprend déjà la route pour la sortie de son nouvel album : « Street ». En 1998, après d’autres albums, la chanteuse devient animatrice. Elle repart ensuite en studio et en tournée. En 1999, Nina Hagen sort un album de chants indiens. Uniquement vendu sur Internet, ses bénéfices servent en partie à la réalisation de projets en Inde. En 2003, Nina Hagen participe à la reprise de « Seemann », de Rammstein, et enregistre des standards, dont « Over the Rainbow ». En 2006, Nina Hagen est toujours active : elle sort « Nina Hagen & Capital Dance Orchestra » où elle reprend les standards des années 30, allemands et internationaux.

[nggallery id=40]

One thought on “Nina Hagen

  1. je me souviens avoir vu bony king of nowhere, la seule fois que j’y ai été. C’est un chouette endroit pour des découvertes!

Comments are closed.

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.